L'aquarium récifal est un bac marin principalement destiné à héberger des coraux. Il est à mettre en opposition avec un bac fish only, destiné à n'accueillir que des poissons.

Héberger des coraux implique un investissement spécifique eu égard à cette forme de vie particulière :

La lumière[

Certains coraux vivent en symbiose avec des algues unicellulaires qu'ils hébergent au sein de leurs polypes : les zooxanthelles. Cette symbiose permet d'apporter les nutriments nécessaires à la survie des coraux symbiotiques en aquarium et cela sans aucun autre apport en nourriture. L'éclairage d'un bac récifal ne doit donc pas être négligé. Le spectre lumineux doit être adapté aux animaux marins.

Le brassage[

Le récif (et en particulier la crête récifale) est particulièrement brassé par les vagues, qui s'y fracassent. Les coraux durs à petits polypes en particulier se sont tout à fait adaptés à cet environnement, et la puissance de l'eau les débarrasse d'un mucus qu'ils produisent continuellement. On comprendra alors qu'un bac récifal a besoin d'être très largement brassé, sous peine de voir ses occupants s'auto asphyxier. On peut donner le chiffre de 20 à 40 fois le volume du bac par heure, ce qui est à mettre en rapport (comme toujours) avec le biotope reproduit (une crête récifale ne se brasse pas comme un lagon ...).

Le calcium

Parmi les coraux que nous hébergeons dans nos bacs, 2 catégories peuvent être distinguées :

- les coraux mous, qui n'ont pas de squelettes et ne laissent aucune trace à leur mort

- les coraux durs, qui construisent un squelette calcaire. Ces coraux sont dits 'hermatypiques' ou bâtisseurs de récifs. On distingue à nouveau deux catégories : Les LPS (large polype ou polype unique) et les SPS (petits polypes).

Afin de permettre leur croissance, il faudra constamment veiller à maintenir les paramètres de l'eau identiques au milieu naturel.

La filtration

L'hébergement de coraux implique des paramètres d'eau quasi irréprochables. Pour arriver à ce but, le cycle de l'azote doit être bouclé. À la différence des bacs fish only qui dégradent les déchets en ammonium, en nitrites puis en nitrates grâce à des filtres aérobies, la réaction ne s'arrête pas là dans les bacs récifaux et les nitrates ne s'accumulent pas dans le système : ils sont pris en charge par une population de bactéries hébergées au sein des pierres vivantes, qui convertissent les nitrates en azote gazeux qui s'échappe du système.

Ceci est obtenu grâce à deux moyens :

- un écumeur : c'est un espace confiné où l'on mélange sous pression l'eau du bac et de l'air sous forme de fines bulles. - des pierres vivantes : ce sont des blocs de roches prélevés dans le récif, qui sont en fait composées de coraux morts, de boues agglomérées, compressées.

2 méthodes de maintenance des invertébrés ont été mises au point :

- la méthode berlinoise (90 % des bacs récifaux), qui se base sur 4 piliers (éclairage, brassage, pierres vivantes, écumage)

- la méthode Jaubert, qui se base sur l'éclairage, le brassage modéré, l'absence d'écumeur, mais la présence d'une couche de sable épaisse (10 cm) placée au-dessus d'un espace vide d'eau confiné. (le plénum). La couche de sable, par création d'un gradient d'oxygène en particulier, abrite des réactions chimiques qui aboutissent à la dénitratation de l'eau.